Référé reporté – dernier round d’Orange

Le 15 Avril était jugé notre référé. Encore rien que de très normal, Orange joue la carte de la lenteur. Notre avocat ayant eu besoin de beaucoup de temps pour répondre aux arguments d’Orange. C’est leur tour de demander le report.

Le jugement est reporté au 20 mai 2010.

Mai promet d’être chaud à Plaisir et pour les opérateurs. Référé, Manifestation à la Préfecture…

Réunion de quartier – Preuve est faite

Cette réunion a été l’occasion de démontrer la méconnaissance du sujet de la dangerosité des antennes par la totalité de l’équipe municipale présente.

Dans cette discussion, nous avons identifié le Collectif par CDG et l’équipe municipale par EM. Suivi de Q pour question et R pour réponse.

  • EM-Q: Je lis sur un document que j’aurais avoir sans qu’on me le fasse parvenir, où il est indiqué que le référé a été reporté suite à des manœuvres de dernière minutes d’Orange, n’est-ce pas à la demande de votre avocat que le référé a été reporté?
  • CDG-R: Comment appeler une manœuvre qui consiste à envoyer la veille du référé plusieurs centaines de pages de jugement qui ont eu lieu plusieurs mois auparavant?
  • CDG-Q: Comment comptez-vous rassurer les parents des dangers que représente cette antenne? Est-elle en fonctionnement.
  • EM-R: Elle ne fonctionne toujours pas, j’ai (M. Le Maire) pris l’engagement que tant qu’il y a aurait action en justice, l’antenne sera éteinte.
  • EM-Q: Pourquoi affolez-vous les parents en diffusant de fausses informations sur le danger d’antenne Wimax?
  • CDG-Q: Quelle est la différence entre le Wimax et le 3G?
  • EM-R: Euh… Je ne sais
  • CDG-R: Il n’y en a pas, même fréquence.
  • EM-Affirmation: Vous ne vous êtes même pas renseigné, les antennes ne sont pas dirigées vers l’école.
  • CDG-R: Faux.
  • EM-Affirmation: il s’agit d’antenne à faisceaux étroit dirigées à coté de l’antenne, pas vers l’école.
  • CDG-R: Donc, les opérateurs dont le but est d’offrir un service au plus grand nombre, utilisent des antennes à faisceaux étroits pour ne pas envoyer d’ondes sur les écoles. A qui voulez-vous faire croire cela ? Et comme il me semble que vous ne maitrisez pas toutes la technologies, je vais vous expliquer comment cela fonctionne. Les pylônes sont positionnés sur un hexagonale à un angle sur deux avec chacun 3 antennes à leur sommet dirigées vers 3 directions à 120°, pour couvrir avec le minimum d’antennes le maximum de superficie. Comment pouvez-vous défendre des idées aussi fausses comme cette antenne n’a été installée que pour couvrir une zone minuscule sans risque pour les enfants de l’école?
  • CDG-Q: Pourquoi n’est-il pas possible de mettre l’antenne ailleurs loin de toute habitation, nous avons suffisamment d’espace alentour?
  • EM-R: Impossible, tout a été étudié, c’est la seule place possible.
  • CDG-Q: Et sur un terrain communal comme celui qui se trouve entre la rue Jules Régnier et la rue du Pressoir?
  • EM-R: Terrain trop meuble.

Ici nous avons eu une réaction globale de la la salle. M. Le Maire se moque-t-il de nous? Nous savons tous que le tout le plateau des Gâtines est meuble et n’a jamais empêché la moindre construction.

  • Anonyme-Affirmation: Ma société pose des lignes électriques à très hautes tensions et nous engageons des budgets énormes en communication pour ne pas être amalgamés avec les dangers des antennes relais, car nous savons que le danger est là. Mais je puis garantir que mettre des antennes bien plus grande sur des terrains meubles ne nous pose aucun problème.
  • CDG-Q: M. Le Maire, vous ne semblez pas comprendre les dangers qui nous font peur, je vous propose ce livre « Portables, attention danger » qui reprends l’ensemble de nos questions toujours sans réponses et qui démontrent que le principe de précaution doit être appliqué.
  • EM-R: On connait ce livre, mais vous feriez mieux de lire autre chose.
  • CDG-R: C’est exactement ce que nous avons fait et faisons tout les jours, contrairement à vous qui répétez inlassablement les mêmes contre vérités. Votre discours est exactement celui d’il y a 50 ans lorsque l’on disait que le nucléaire n’était pas dangereux.

Durant toute cette démonstration le responsable de la commission technique qui a décidé à la pose de cette antenne à cet emplacement n’a rien dit, n’aurait-il aucun argument ?

Bien sur, l’équipe municipale présente ainsi que M. Le Maire ont un droit de réponse libre à cet article. Il ont accès au même titre que n’importe qui à ce blog et peuvent laisser des commentaires, aucune censure ne sera prise, ni n’a d’ailleurs été faites.

En fait n’importe qui veut peut laisser un commentaire à condition bien-sûr de rester courtois.

Adieu Dominique

Priarterm nous alerte: « Nous ne croiserons plus la frêle silhouette de Dominique Trémoureux marchant sur le Coteau de Nogent sur Marne qu’elle aimait tant. Elle est morte subitement dans la nuit du jeudi 1er avril à la suite d’un malaise en début d’après-midi au pied de son immeuble. Dernier pied de nez de cette bibliothécaire à la retraite, au sens de l’humour toujours vif et pleine d’une sensibilité qu’elle transposait avec beaucoup de talent dans d’éphémères aquarelles. J’aurais pu ne jamais croiser la vie de Dominique, ma voisine du dernier étage du 92 rue François Rolland. Mais il y a eu Bouygues Telecom et son projet d’installation de trois antennes-relais sur le toît de son immeuble, en 2004…. »

La suite ici: http://www.priartem.fr/Adieu-Dominique.html

La dangerosité de la téléphonie mobile sera examinée au pénal

Numerama nous apprends qu’après le Tribunal Civil, une plainte pénale a été déposé devant le Tribunal de Grande Instance de Paris contre Bouygyes Telecom pour le danger des les antennes relais. Ça chauffe pour Bouygues Telecom.

L’article compet ici: http://www.numerama.com/magazine/10665-La-dangerosite-de-la-telephonie-mobile-sera-examinee-au-penal.html

Bouygue Telecom aurait il peur d’une nouvelle claque judiciaire ?

L’opérateur a préféré renoncer à se pourvoir en cassation suite à l’arrêt rendu par la Cour d’appel de Versailles le 4 février 2009.  arrêt venant confirmer le jugement condamnant ce dernier à démonter son antenne dans le Rhône.
La Cour d’appel de Versailles s’est basée sur  le principe de précaution, le trouble anormal de voisinage et de fait a reconnu la compétence des tribunaux civils pour trancher ces sujets.
Nous aurions aimé que la Cour de Cassation (la plus haute instance judiciaire) tranche ce sujet épineux. Il semble que Bouygues Télécom ait préféré accepter de démonter une antenne plutôt que de prendre le risque que la Cour de cassation se prononce en défaveur des opérateurs et les condamne ainsi à démonter  la plupart de leurs antennes.